API : Le Sénégal a obtenu du Fonds monétaire international (FMI) un financement de 453 millions de DTS (Droits de tirages spéciaux), soit environ 650 millions de dollars ou 350 milliards de FCFA, pour soutenir la riposte face à la crise sanitaire et promouvoir la relance de l’économie, a appris l’APS.
’’Les services du FMI ont conclu avec les autorités sénégalaises un accord concernant les mesures économiques et financières qui pourraient permettre l’approbation de la troisième revue du programme appuyé par l’instrument de coordination de la politique économique (ICPE) et soutenir un accord de financement sur dix-huit mois au titre de la facilité de crédit de confirmation (FCC) et du mécanisme d’accord de confirmation, pour un montant total de 453 millions de DTS (environ 650 millions de dollars ou 350 milliards de FCFA)’’, indique le fonds dans un communiqué émis jeudi.
Il précise que cet accord de financement sera exécuté parallèlement à l’ICPE.
Une équipe des services du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Corinne Deléchat, a effectué une mission virtuelle du 6 au 27 avril 2021.
L’objectif était de ’’conduire la troisième revue du programme appuyé par l’instrument de coordination de la politique économique (ICPE)’’ et d’examiner ‘’la requête des autorités d’un accord de financement combiné sur dix-huit mois au titre de la facilité de crédit de confirmation (FCC) et du mécanisme d’accord de confirmation’’.
Selon Corinne Deléchat, ’’le nouvel accord de financement, au titre duquel le Sénégal demande accès à 453 millions de DTS (soit 140% de sa quote-part au FMI, environ 650 millions de dollars ou 350 milliards de francs CFA), contribuera à soutenir la riposte des autorités face à la crise sanitaire et à promouvoir la relance de l’économie’’.
Le FMI souligne qu’en 2020, ’’dans un environnement marqué par la pandémie de Covid-19, la croissance économique a été supérieure aux attentes, avoisinant 1,5%, principalement grâce à une production agricole exceptionnelle, alors qu’une contraction de 0,7% était prévue’’.
Il relève également que ’’les perspectives macroéconomiques sont devenues moins favorables depuis l’adoption de la loi de finances initiale 2021’’.
En effet, ’’la résurgence de la pandémie de Covid-19 au Sénégal et chez ses principaux partenaires commerciaux, ainsi que la hausse des cours des produits de base entraînent une révision à la baisse de la prévision de croissance, à 3,7% en 2021 (contre une prévision initiale de 5,2%) et à 5,5% en 2022’’.
Le FMI note aussi que ’’les autorités ont révisé leurs priorités budgétaires pour 2021-23 afin de tenir compte de la conjoncture économique moins favorable, de soutenir la campagne de vaccination contre la Covid-19 et de mettre en œuvre un programme d’urgence de soutien à l’emploi des jeunes, tout en gardant pour objectif de revenir progressivement à un déficit de 3% du PIB d’ici à 2023’’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 21 =