API-

La fermeture du bloc opératoire du centre de santé de Kédougou fermée pendant presque une semaine suite à l’affaire dite Doura Diallo et la garde à vue de l’équipe du gynécologue Dr Léonce Faye, a été fatale à des femmes enceintes évacuées vers Tambacounda. Deux nouveau-nés sont décédés en cours de route et un autre se trouve présentement en réanimation au service néonatal de l’hôpital régional de Tambacounda.

Le service a été fermé suite à l’affaire de la dame Doura Diallo décédée en couche après une embriothomie (pratique mutilante sur un fœtus) et suivie d’une césarienne qui « a occasionné une rupture utérine », selon le rapport du ministère de la Santé et de l’Action sociale. Lequel document précise que l’agent de santé a agi en respectant toutes les règles de la pratique gynécologique sur un mort-né dans le but de sauver la mère. Mais fermé pour un cas de décès avec une équipe envoyée à la police, d’autres bébés décèdent, faute de service sur place, révèle le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames)

« Durant ces 6 jours de garde à vue qui a entrainé la fermeture du bloc opératoire, 6 femmes enceintes ont été évacuées à l’hôpital régional de Tambacounda dont 3 ont accouché en cours de route avec 2 mort-nés et un en réanimation néonatale », rapporte un communiqué du Sames parcouru par Le Témoin.

Les médecins du Sames s’offusquent de « la détention inexpliquée de ces vaillants agents de santé » qui, pour eux, a « anéanti tous les efforts » de l’Etat et ministère de la Santé et de ses partenaires par rapport aux décès de femmes enceintes et des nouveau-nés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 4 =